COP21: business et green washing

La Conférence de Paris sur les changements climatiques aura lieu du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris. Elle est à la fois la 21ème conférence des parties (COP21) à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques et la 11ème conférence des parties siégeant en tant que Réunion des parties au protocole de Kyoto (CRP-11). Cette conférence doit aboutir à un accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de limiter le réchauffement mondial à 2°C. (Source: wikipedia)

Plusieurs dizaines d’entreprises participent au financement de la COP21, et c’est bien le hic.

Sauver le climat en s’offrant « la plus grosse conférence internationale qui ait jamais eu lieu » sur le sol Français n’a pas de prix et la facture de la COP21 avoisinerait les 170 millions d’euros. Le prix à payer pour s’autoriser à polluer ? (Source: terraeco.net)

Entre business et préservation du climat, François Hollande tente de donner bonne figure afin de cacher l’hypocrisie du gouvernement, mais aussi celle des multinationales qui dictent les lois.

Ces groupes assurent près d’un cinquième de la production mondiale d’hydrocarbures et fournissent environ 10% de l’énergie de la planète. Selon eux, leurs émissions de CO2 ont diminué de 20%.

Coté ONG, InfluenceMap a mis en évidence « le double langage » des majors pétrolières et gazières en matière de politique climatique.

La compagnie Française Total serait favorable à un accord sur le climat incluant un prix du carbone, alors qu’elle a placé un de ses directeurs au board de l’American Petroleum Institute, une organisation qui fustige « l’idéologie étroite » de la COP21, comme l’explique challenges.fr.

Selon un rapport publié en mars dernier par les chercheurs du Policy Studies de Westminster, 77 % des 500 plus grosses sociétés dans le monde seraient membres de lobbies directement concernés par le changement climatique comme les industries qui consomment beaucoup d’énergie, celles des énergies fossiles, et Business Europe, le Medef européen. (Source: franceinfo.fr)

Pendant ce temps, EDF projette de déployer en France «plusieurs dizaines» d’un nouveau modèle du réacteur EPR de troisième génération quand son parc nucléaire actuel arrivera en fin de vie. La fermeture de la centrale de Fessenheim ne serait qu’un leurre. (Source: 20minutes.fr)

Alors que Ségolène Royal avait, en avril 2015, expliqué que les gaz de schiste n’étaient plus d’actualité, elle accorde de nouveau 3 permis exclusifs de recherches d’hydrocarbures liquides ou gazeux et en prolonge deux autres, et cela, à quelques semaines de la COP21. (Source: lemonde.fr)

En Haute-Savoie, le tribunal administratif de Grenoble a refusé de suspendre l’arrêté préfectoral autorisant l’abattage des bouquetins du Bargy comme le demandaient des associations de défense de l’environnement. (Source: ledauphine.com)

Jeudi dernier, un louveteau a été abattu dans les Alpes-de-Haute-Provence. Samedi et dimanche, deux loups ont été abattus en Savoie. Dimanche, deux loups ont été abattus dans les Alpes-Maritimes. Plus de 50 loups tués en France et ce n’est pas fini. Merci le gouvernement ! (Source: ferus.fr)

Pendant que l’association L214 démontre, une fois de plus, les cruautés dans un abattoir Français dans une vidéo, Stéphane Le Foll, de son coté, salue l’ouverture du marché Canadien à la viande bovine en provenance de 19 pays de l’Union Européenne, dont la France, ainsi que l’ouverture du marché Brésilien aux produits laitiers Français. (Source: matthias-fekl.fr)

Exclue de la table des négociations à la COP21, l’élevage est pourtant responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre, et ce n’est pas fini. (Source: viande.info)

Selon un autre rapport, l’élevage, dans son entière totalité, serait responsable de 51% des émissions de gaz à effet de serre. (Source: worldwatch.org)

Le méthane (CH4), résultat de l’élevage, agriculture intensif ou encore de la fracturation hydraulique, est tout de même 23 fois plus puissant que le CO2 en potentiel de réchauffement global (PRG). (Source: futura-sciences.com)

Issu de l’agriculture conventionnelle, le protoxyde d’azote (N²O) est un gaz à effet de serre. Son potentiel de réchauffement est lui de 298 fois celui du CO2 selon le GIEC.

En France, l’agriculture contribuerait à hauteur de 76 % aux émissions de N²O provenant essentiellement de la transformation des produits azotés, engrais, fumier, lisier, résidus de récolte, répandus sur les terres agricoles. (Source: wikipedia)

En adoptant un mode de vie végane, nous éliminons 1/3, voir même la moitié des émissions de gaz à effet de serre globale si nous tenons compte du rapport de Worldwatch.

François Hollande se contente de faire de la figuration, ici et là, en multipliant les yeux doux aux compagnies polluantes, financiers de la COP21, et faire des courbettes aux chasseurs Français. (Source: lci.tf1.fr)

Ce que nous savons, c’est que le gouvernement Français et ces multinationales bafouent, en partie, la loi constitutionnelle n° 2005-205 du 1er mars 2005 relative à la Charte de l’environnement, puisqu’ils n’engagent pas de véritable action quant à la préservation et à l’amélioration de l’environnement. Avec ou sans COP21 d’ailleurs…

Cette loi constitutionnelle nous invite même à « prendre part à la préservation et à l’amélioration de l’environnement. » … « prévenir les atteintes qu’elle est susceptible de porter à l’environnement ou, à défaut, en limiter les conséquences. ». C’est notre devoir !

Nous n’attendons rien de la COP21, et encore moins du gouvernement Français, incapable d’appliquer sa propre constitution environnementale.

COP21 est simplement un écran de fumée ou des multinationales se moquent éperdument de l’environnement en s’échangeant, par dessus le marché,  des crédits carbone afin de se conformer partiellement au protocole de Kyoto.

Au bout de 21 conférences des parties, il n’y a jamais eu d’accord concret. Les multinationales n’y voient d’ailleurs aucun intérêt financier, bien au contraire.

Croyez-vous vraiment que l’ouragan « Patricia », qui vient de s’abattre sur le Mexique, est l’œuvre du hasard ? Quand est-il encore des pluies diluviennes et inondations dans le Var ?

C’est à nous, citoyens, de changer notre consommation, nos habitudes et nos modes de vie. Il nous reste très peu de temps pour agir. Peut-être une petite fenêtre à l’échelle d’un siècle.

Publicités