[Témoignage] La justice Française végéphobe ?

L’histoire se répète, entre les appels au meurtre d’un cuisinier italien et ceux des omnivores Français qui n’ont guère de compassion pour les animaux non-humains, des juges aux affaires familiales se mettent à rejeter, sans fondement ou preuve médicale, les droits de visite et d’hébergements des familles (recomposées ou non), pères ou mères véganes.

Certain-n-e-s iront même jusqu’à remettre en cause leur véganisme sous les chantages de certains juges aux affaires familiales. Juges qui n’ont aucun scrupule à faire pression sur les véganes alors que le véganisme ne fait pas jurisprudence.

Si l’excision était une tradition Française, la justice l’imposerait-elle également à chaque parent ?

Bien sur que non !

Nous pouvons donc nous poser cette question :

La justice Française est-elle végéphobe ?

La plupart de ces juges ne connaissent même pas la définition du mot «véganisme» dans son ensemble et encore moins les bénéfices de celui-ci sur l’organisme. Ils se permettent simplement de juger sans connaissance en croyant dur comme fer au bien fondé de faire exploiter et tuer des animaux. Quelle belle justice…

« Les gens mangent des animaux parce que les gens mangent des animaux »

Il n’y a qu’un seul mot pour désigner cette injustice, la discrimination.

Alors oui, la justice Française est végéphobe.

Nous allons maintenant vous retranscrire le témoignage accablant d’une famille végane que nous avons reçu hier par MP sur Facebook (d’où la rédaction de cet article).

[MAJ 29-10-2017]

La personne qui avait témoigné a demandé à l’association de retirer notre article ce jour.

Bien que cette personne a le droit d’expression et que cet article ne peut être retiré que par une mise en demeure de la justice, nous accédons à sa requête uniquement parce qu’elle nous l’a demandé. Néanmoins, nous supprimons uniquement son témoignage, et non l’article. Nous regrettons bien évidement cette décision. Encore une preuve que la justice fait pression sur les parents véganes.

Publicités